Aerial_014_sideDPO

Sensoris

C’est la plateforme technique qui alimente l’approche organique du management. C’est une innovation technologique, qui permet de capter un flot continu d’informations libres, non organisées à l’avance, puis de restituer dynamiquement l’ensemble en proposant un sens structuré.

C’est à cet ensemble de données flottantes, et aux possibilités d’analyse et de compréhension de la dynamique qui les produit, que l’on donne aujourd’hui le nom de Big Data.

Ce « Big Data » managérial, spécialement configuré pour l’approche organique du management, est le premier de sa catégorie. Sensoris intègre en une seule plateforme :

>    un système de veille permanente,
>    un système de structuration sémantique,
>    et un système d’exploration et de restitution graphique.

Architecturée pour être accessible par le Net et disponible en mode Saas (Software as a Service), Sensoris est d’accès facile et universel.

Il permet une surveillance au quotidien des événements et nouveautés qui, à l’intérieur, comme à l’extérieur, influencent la dynamique de l’organisation. Il les conserve, les tient à jour, et s’assure de leur traçabilité.

Il propose des pistes de sens ; puis, en exploitant les questions qu’on lui pose, Sensoris s’auto-structure pour correspondre de plus en plus finement aux angles de vue requis. Il souligne les faits émergents, donne à voir des réseaux d’acteurs, permet de décrypter les fonctionnements intimes de l’organisation.

En témoignant des mouvements d’une réalité en constante transformation, il aide aux choix stratégiques et à leur mise en opérations. Il permet de mobiliser et de solliciter les contributions les plus efficientes, transversalement, au-dessus des divisions opérationnelles et des silos de l’organisation. En s’appuyant sur les réseaux d’acteurs qu’il met en lumière, il permet de lancer une dynamique de performance collaborative, tout en maîtrisant sa cohérence.

Quotidiennement, Sensoris collecte les faits, les vécus, les nouveautés, à partir…

>    …de veilles thématiques sur des sources externes ou internes,
>    …des analyses, discussions ou publications des communautés,
>    …des contributions individuelles,
>    …ou de tout autres corpus d’informations qu’on lui soumet, comme des enquêtes de satisfaction, courriers ou emails clients, retours d’expérience, conclusions d’ateliers de travail, cahiers de réclamations, demandes de services ou d’améliorations…

La première phase de structuration propose :

>    des catégories de sujets émergents (des « clusters »),
>    des liens, des corrélations entre les sujets,
>    des réseaux d’acteurs moteurs, de « sachants », de contributeurs…

Le sens proposé s’affine et se densifie par les analyses, les investigations, les représentations qu’on demande au système. Cette structuration sémantique, mobile et vivante, se nourrit de ces interactions, autant que des faits recueillis, pour s’auto développer. Littéralement, le système apprend à produire du sens, un sens de plus en plus pertinent, qu’il restitue par des synthèses textuelles ou graphiques.

Ces restitutions ne sont qu’une première étape. Elles maintiennent un contact  continu et vivant avec la réalité du terrain et de son environnement. Elles permettent, en particulier :

>    de décrypter les fonctionnements intimes de l’organisation, là où sont les gisements d’efficience,
>    de comprendre la dynamique générale de l’organisation et de la stimuler à bon escient…
>    …dans un contexte lui-même en mouvement, qui requiert ici et là quelques ajustements de cap pour satisfaire une ambition entrepreneuriale de long terme.

Il reste à animer un management collaboratif qui sollicite et stimule les acteurs concernés, en s’assurant de la cohérence de toutes les contributions.

Sensoris, en images…